Capsules d’information sur le décrochage: un problème social préoccupant

Le décrochage scolaire : un problème social préoccupant

Le décrochage scolaire peut être défini de plusieurs façons. Une façon simple consiste à le considérer comme le fait d’interrompre ses études avant d’avoir obtenu une certification officielle. Au Québec, on considère comme un décrocheur tout élève qui était inscrit au début d’une année scolaire et qui ne l’est plus l’année suivante, sans être titulaire d’un diplôme d’études secondaires.

Depuis plusieurs années déjà, notre société s’inquiète du nombre élevé de décrocheurs et d’importantes ressources humaines et financières sont consacrées annuellement afin de contrer le phénomène. Mais ces efforts en valent-ils la peine ? Le décrochage est-il vraiment ce fléau social que nous présentent les médias ? N’est-il pas normal qu’une partie de la population soit moins scolarisée ? Bref, les conséquences du décrochage valent-elles les efforts et les investissements consentis pour le contrer ?

Dans les faits, les conséquences individuelles et collectives du décrochage sont nombreuses et grandement délétères. Au plan individuel, les jeunes qui abandonnent leurs études secondaires avant terme sont plus que les autres vulnérables aux perturbations économiques. Ils sont les premiers à être mis au chômage lors des périodes difficiles et les derniers à se trouver du travail lors des reprises. Non seulement le taux de chômage des décrocheurs est-il beaucoup plus élevé que celui des personnes plus scolarisées, mais leur revenu annuel moyen est aussi bien moins élevé. En plus des difficultés économiques inhérentes à leur condition, les décrocheurs présentent davantage de problèmes d’estime de soi et d’adaptation psychosociale (délinquance, drogue, alcoolisme, etc.). Ils ont plus de problèmes de santé et leur espérance de vie est plus courte. Au plan sociétal, le décrochage scolaire diminue significativement notre capacité collective à relever les importants défis environnementaux, économiques et culturels du monde actuel. En limitant les possibilités de croissance d’une importante partie de la génération émergente et en l’éloignant de la liberté d’orienter son parcours de vie en fonction de ses rêves et de ses aspirations, c’est toute la société qui est fragilisée par le décrochage scolaire.

Roch Chouinard, Ph.D.