Projet journalistique réalisé par des élèves de sixième année qui s’intéressent aux Grands Lacs

Quatre élèves de sixième année de l’École internationale de Greenfield Park se sont intéressés aux Grands Lacs dans le cadre d’un projet de recherche. Vincent, Marie-Pascale, Amélie et Christophe vous invitent à lire l’article fort intéressant qu’ils ont écrit.

L’impact de l’activité humaine sur les Grands Lacs

par Vincent, Marie-Pascale, Amélie et Christophe

Dans le cadre d’un projet de recherche à l’École internationale de Greenfield Park, nous avons décidé de travailler sur la pollution des Grands Lacs. Nous voulons vous sensibiliser à propos de sa pollution grandissante. Voici quelques informations intéressantes récoltées pendant le module de recherche:
Les Grands Lacs touchent à 8 états américains et 1 province canadienne soit: l’Illinois, l’Indiana, le Minnesota, le Michigan, l’état de New York, l’Ohio, le Wisconsin, la Pennsylvanie et l’Ontario. Ces 5 lacs sont nommés : lac Supérieur, lac Michigan, lac Huron, lac Érié et lac Ontario. Ils couvrent 244 100 km2 et ils contiennent environ 18% de l’eau douce de la planète (approximativement 23 000km3 d’eau).

Environ 97 millions de personnes habitent sur les rives des Grands Lacs.

Les polluants des Grands Lacs

Premièrement, les gens aux alentours des Grands Lacs rejettent leurs déchets dans l’eau comme si c’était une poubelle. L’eau devient ainsi moins propre, les poissons peuvent s’étouffer dans les déchets et cela peut détruire des espèces végétales. De plus, dans les produits des usines qui fabriquent des cosmétiques, il y a des microbilles de plastique, visibles qu’au microscope, qui sont relâchées dans l’eau et qui sont très néfastes pour l’écosystème des Grands Lacs. Il y a également certaines espèces de poissons exotiques qui ne sont pas supposées d’être là. Ces nouveaux arrivants affectent la chaîne alimentaire et cela est un problème majeur. De plus, il y a la prolifération des algues bleues qui répandent des gaz toxiques dans l’eau. Finalement, il y a le phosphore, une des principales causes de la pollution des Grands Lacs. Le phosphore n’est pas très toxique en petite quantité, mais il est très néfaste en grande quantité, comme c’est le cas dans les Grands Lacs.

L’historique de la pollution des Grands Lacs

Dans les années 1960, les problèmes concernant la qualité de l’eau des Grands Lacs sont devenus des sujets de préoccupation pour les autorités. On disait que le lac Érié était en train de mourir, car il y avait beaucoup trop de phosphore dans l’eau, et cela entrainait un énorme développement d’algues. En 1972, le Canada et les États-Unis ont signé l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs. Cet accord disait que les deux pays devaient faire leur possible pour empêcher trop d’apports en phosphore dans les Grands Lacs. Grâce à cela, les concentrations de phosphore ont diminué de beaucoup. Cependant, au milieu des années 1990, le même problème est revenu, mais les causes sont plus complexes.

Notre responsabilité en tant que citoyens

Il faut mettre en mesure des règlements, des lois et des moyens qui pourront aider à garder nos Grands Lacs en santé. Le gouvernement doit instaurer des lois pour la protection des Grands Lacs. Aussi, nous pourrions mettre des règlements qui interdisent de jeter des déchets ou de tout simplement polluer les Grands Lacs sinon ces gens risqueraient une amende. De plus, nous pourrions établir des programmes de surveillance tels que des caméras ou des gens qui veulent faire ce travail. Également, les gens aux alentours des Grands Lacs pourraient faire un effort pour améliorer la condition des Grands Lacs en ramassant chaque jour quelques déchets, en sensibilisant les autres. Le gouvernement pourrait donner plus d’argent aux scientifiques.

Dans la même catégorie :