Imprimer cette page

Témoignages

TROIS GÉNÉRATIONS DE MACHINISTES

Depuis le début de ma formation en Techniques d’usinage au Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy, il s’en est passé des choses.

J’ai fait partie du Comité d’élèves, où j’ai pu m’impliquer dans le Centre. Par la suite, j’ai fait partie du Conseil d’établissement où j’ai acquis des connaissances dès plus intéressantes sur la vie scolaire.

Lors de l’évènement « Portes ouvertes » j’ai été guide pour les élèves désirant visiter les différents départements.

Pour mon département, j’ai fait la promotion de notre cours dans plusieurs écoles avec l’escouade de formation professionnelle.

J’ai eu la chance de remporter un prix à « Chapeau les filles! » concours pour les élèves inscrites à des programmes de formation réservés généralement aux hommes, ce fut un moment très enrichissant.

On m’a offert d’aller au colloque des adultes en formation rencontrer des élèves de différents établissements scolaires au Québec, j’ai adoré.

Tout ça pour dire qu’à Pierre-Dupuy, on ne s’ennuie pas et les possibilités sont grandes. C’est un Centre où les enseignants sont bien présents et ont à cœur notre réussite. Aussi, les membres du personnel de soutien nous aident à la moindre difficulté. Nous sommes bien entourés.

J’en suis à la fin de ma première année et j’ai déjà hâte à l’année p3 générations de machinistesrochaine.

Je souligne également la visite de mon père et mon grand-père au Centre. Ils étaient très impressionnées de voir les installations qui sont à la disposition des élèves. J’étais heureuse de les accueillir étant donné qu’ils sont eux-mêmes des machinistes. Je suis fière de suivre leurs traces.

En terminant, je souhaite vous dire que si vous ne savez pas où suivre votre formation, où si vous hésitez, soyez assurés qu’à Pierre-Dupuy vous serez bien accueillis et aurez tout les possibilités pour réussir votre formation professionnelle.

Jacinthe Verreault, élève en Techniques d’usinage

 

Mon retour sur les bancs d’école

(…) j’ai eu 34 ans dernièrement. Issu d’une famille plutôt modeste, mon cheminement scolaire se destinait quand même à un brillant avenir. J’étais un de ces étudiants avec une facilité certaine au plan scolaire.  Après avoir terminé mon secondaire 5, j’ai commencé le cégep en sciences pures pour devenir chercheur en biotechnologie. (…) Une offre d’emploi entre mes deux premières sessions m’a fait réfléchir. J’ai alors décidé de prendre une pause des études.

Certains n’approuvaient pas mon choix. De mon côté, je croyais que cette pause n’allait durer qu’une ou deux années. Avec les augmentations salariales, l’obtention de meilleurs postes, ce n’est que 7 ans plus tard que j’ai décidé de retourner aux études.

J’ai alors suivi deux cours universitaires afin de tester mes aptitudes et mes intérêts. Mais j’avais mis la barre haute, trop haute même… C’est donc légèrement découragé que je retournais sur le marché du travail (…). Cependant, l’expérience universitaire m’avait notamment permis de constater que je n’aurais pas la patience de faire quatre ou cinq années d’études (…)

J’ai toujours eu de bons emplois, sensiblement bien rémunérés. Mais je n’avais pas de vrai métier. J’étais toujours soumis aux lois du marché. Je voulais être un peu plus maître de ma carrière, mais je ne savais plus quoi faire. J’ai rencontré un orienteur et, à peine après quelques minutes de discussion, il m’a suggéré le DEP en réfrigération. Honnêtement, je n’avais jamais pensé au DEP et encore moins au métier de frigoriste que je ne connaissais pas. (…) Retourner à l’école pour 2 années à 32 ans n’était pas évident. Mais j’avais maintenant l’espoir de travailler dans un domaine que j’aimerais. Aussi, sachant qu’il me restait encore plus de 30 ans de vie active comme travailleur, j’estimais que le jeu en valait largement la chandelle!

Je termine bientôt et le Centre Pierre-Dupuy fut un excellent choix d’école. (…) Mon domaine est en plein développement et le taux de placement est très élevé. Bientôt, je pourrai me joindre à une compagnie avec laquelle je me sentirai enfin apprécié à ma juste valeur.

Guy Allard, Programme de Réfrigération
Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy

Voici un autre témoignage…

(…) C’est en novembre 2009 que je me suis inscrite en esthétique au Centre de formation professionnelle Pierre‑Dupuy pour la première fois. J’étais acceptée, mais j’ai finalement dû refuser d’y aller à cette session.  J’étais tombée enceinte et je devais accoucher durant mon DEP. Par précaution, mon entrée a été reportée. Après mon congé de maternité, j’ai refait les démarches pour être admise. J’étais de nouveau acceptée et je pouvais commencer ma formation.

C’est ce que j’ai fait en août 2011. Presque 3 ans plus tard, j’ai donc eu un enfant, fait l’achat d’une nouvelle auto 5 jours avant le début des cours, j’ai fait la rencontre de nouvelles amies et de nouveaux professeurs… Je suis pas mal contente de tout cela! Tout va bien partout! Au début, c’est difficile de s’embarquer dans une nouvelle routine avec un jeune bébé et la fatigue de la maternité. Mais j’aime ce que j’étudie et je sais que je suis à la bonne place. Néanmoins, ce n’est pas facile de se lever tous les jours dès 5 h 30 et de se coucher vers 22 h. (…) Mais j’ai beaucoup plus de patience, malgré la fatigue, car je suis heureuse et fière de ce que je fais et de mes choix.

Maude Gamelin Desmarais
Élève du programme d’esthétique
Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy

© 2014, Tous droits réservés